La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Et c’est reparti ma poule !

 

 

Dernière ligne droite ou bien gauche, c’est selon, pour décrocher le pompon aux prochaines législatives des 11 et 18 juin. Pour le Pays de Quimperlé, nous avons le choix entre 14 candidats dont 4 demoiselles. Nous ne pouvons qu’espérer que de nombreux citoyens trouvent dans cet ensemble divers et varié un incroyable talent qui va se donner corps et âme à l’Assemblée nationale pendant 5 ans. Mais pour quoi faire ?

Du talent, certains en ont, mais peut-être pas suffisamment dans le domaine de la politique. Comme disait ma grand-mère, on ne peut pas être bon partout. Sauf que, un peu de conviction et d’honnêteté cela ne ferait pas de mal non plus. Avec cette nouvelle équipe gouvernementale, fraîchement installée, il semblerait qu’il y ait une volonté de changement au niveau des us et coutumes politiques de notre sacré pays la France. Leur donner une majorité d’élus est-ce cela la solution pour mette fin au surplace ? Voyons, voyons de plus près cette farce …

Pour certains candidats, une fois élus, ils vont devoir choisir entre leurs mandats actuels et celui de futur député de la 8° circonscription du Finistère. En ce qui concerne l’élu Quernez, aux mandats déjà conséquents, qui court pour l’écurie PS en mort clinique, a déjà expliqué son futur choix avec beaucoup de doigté afin que la feinte passe mieux auprès de ses électeurs. La rose fanée du PS n’est plus qu’un lointain souvenir puisqu’il faut une loupe pour la dénicher sur les affiches et tracts. Mais bon, faut-il vous le rappeler, les électeurs qui votent Quernez, donnent leur suffrage non pas à un candidat sous l’étiquette PS mais bel et bien à un homme politique connu et reconnu pour … ses compétences.

L’une des demoiselles en lice, Laëtitia Boidin, avocate de son état et élue Concarnoise, est un choix d’investiture qui pourrait redonner un peu de pigment à son parti « Les Républicains ». Pas de remous pour l’instant et c’est tant mieux.

Vient ensuite un certain Denis Madelaine-Nicot. C’est un sportif s’adonnant avec brio au trail et qui se présente dès qu’il le peut aux élections locales. Un temps sous l’étiquette du MoDem et plus récemment avec la fibre 100% BZH. Méfiez-vous du gars, il semblerait qu’il ait un brin d’endurance.

Nous pourrons toujours compter sur le professionnalisme du mélenchoniste de service, le candidat Emmanuel Magnan, pour éviter t’attiser le feu durant cette campagne électorale. En effet, il est pompier de son état à défaut d’avoir le talent de tribun de son mentor Jean-Luc Mélenchon.

Une charmante dame prénommée Marie-Andrée, va défendre le mouvement de l’écologie aux couleurs de la pastèque : vert à l’extérieur et rouge à l’intérieur. Comment se fait-il que l’écologie soit l’apanage de la gôche ? M’enfin, l’écologie n’est ni de droite ni de gauche mais bel et bien l’affaire de tous.

Une autre candidate, au demeurant fort sympathique, s’est engagée pour l’ « UPR » d’Asselineau. C’est Catherine Mercier à fond pour le Frexit. Allons allons Catherine, votre candidature semble peu en phase avec le résultat des présidentielles. Les Français ne veulent pas sortir de l’Union Européenne. Quelle perte de temps et d’argent …

Vous rendez vous compte, le « Parti Communiste Français » présente un candidat en la personne de Jacques Rannou ! Quelle ténacité. Rappelez-vous, François Mitterand avait commencé à atomiser ce parti dès sa venue au pouvoir en 1981. Puis dernièrement, un ancien du PS, le baratineur Jean-Luc Mélenchon, les a fait taire pour de bon en leur promettant monts et merveilles s’ils soutenaient sa candidature aux présidentielles. C’est ça la France insoumise vue par Mélenchon. Vous, taisez-vous, c’est nous qui parlons …

Et voici le 8° candidat et pas des moindres. Pour ceux qui ne connaissent pas encore le pédigrée de l’élu Balanant, voici quelques-uns de ses talents. Ancien sportif d’un certain niveau, photographe désabusé, ancien du MoDem mais qui à la dernière seconde a sauté sur le marchepied du trolleybus pour rejoindre les marcheurs de Macron. Pas du tout contents ces marcheurs de la première heure de ce choix d’arrière-boutique qu’ils vomissent. Il est contre le cumul des mandats. Le pauvre chou devrait alors renoncer à son mandat de conseiller municipal de l’une des 2 oppositions quimperloise en cas de victoire. Beaucoup seraient grandement satisfaits de ne plus le voir déclamer au conseil municipal de Quimperlé mais superbement attristés de le voir élu député. Quel ambianceur cet Erwan. Un dilemme pourrait se présenter : conseiller municipal ou député ? Aucun des 2 mon général, le vide a parfois du bon. Depuis ces quelques journées, après son investiture indélicate, l’athlète Erwan arpente nos contrées avec sa suppléante trouvée sur le fil du rasoir, pour chanter son nouveau single « Moi, j’ai toujours admiré Macron ». Laissons-lui un peu de temps à cet habitué de la vie parisienne pour retrouver ses repères lorsqu’il foule à nouveau les marchés du coin peuplés d’électeurs potentiels … Moi loquace sur les réseaux sociaux en ce moment le ptit’ gars !

Oh oui, « Oui La Bretagne », avec un candidat titulaire inconnu du grand public, un certain Yann Pelliet. Piv eo ? Ne ouzon ket. Sa suppléante, citoyenne de Querrien, va-t-elle porter son bonnet rouge pour provoquer la curiosité des chalands sur les marchés ? Avec le président Macron mondialiste, on est loin des préoccupations régionalistes en ce moment.

En ce qui concerne notre cher candidat Atto, libre comme l’air, commerçant connu et reconnu pour ses talents de cuisiner, va-t-il récupérer les voix de ses pairs pour lesquels il a dépensé beaucoup de temps et d’énergie afin de dynamiser le commerce local quimperlois ? Va savoir Charles, nul n’est prophète en son pays, surtout lorsque l’on procède, au soir de l’élection, aux décomptes dans les urnes.

Le 11° candidat représente le RPS ! What is it ? Le sieur Didier Troude semble incarner le parti « les régions et peuples solidaires » ! Ouais, pourquoi pas, quel intérêt ? Pouvons-nous espérer une rencontre salutaire sur un marché afin de mieux connaître ses motivations.

La 4° femme lutte pour améliorer les conditions des ouvriers, c’est Anne Morel. Pour LO, elle est donc la Arlette Laguiller de nos campagnes. « Travailleurs, travailleuses unissez-vous pour récupérer tout ce qui vous a été spolié par le méchant patronat ». Bien que les vinyles soient ressortis des placards, leur ritournelle a du plomb dans l’aile.

L’avant dernier de la liste des prétendants, un autre Mikaël, mais Caréo cette fois ci. Très connu pour ses tractages dans les boîtes aux lettres, pour le déroulage de banderole sur les ponts, pour ses échanges sur les marchés toute l’année bref, un petit gars du Front national qui veut mettre à mal la position des socialo-communistes sur le Pays de Quimperlé comme il aime le faire savoir. Une candidature qui aurait pu prétendre récupérer de nombreux suffrages pour ces législatives mais ça, c’était avant le calamiteux débat d’entre les 2 tours des présidentielles ! Après la déconfiture de sa Marine lors de son débat puis de son mauvais résultat aux présidentielles, il faut que ce jeune loup revoit ses prétentions à la baisse. Qu’il ne rêve pas trop, ni qu’il fasse des hypothèses comme les grands mathématiciens. Et oui, nombreux de leurs électeurs vont préférer aller à la pêche aux berniques. Tant pis pour les euros que chaque bulletin aurait pu leur rapporter …

Enfin, le dernier des mohicans de ces investis c’est Joseph Pichon qui représentera le parti de Dupont-Aignan. N’a-t-il pas déjà été candidat sous la bannière Front national jadis ? « Debout La France », ce parti politique est quelque peu en déroute après son ralliement auprès de Marine Le Pen, lors du 2° tour des présidentielles, afin de lui apporter quelques voix supplémentaires. A trop vouloir aider les indécrottables, ce mouvement souverainiste a perdu beaucoup de plumes et donc de soutiens de la premier heure.

Bref, 15 jours encore à baliverner dans nos campagnes et sur les marchés, à s’époumoner dans des réunions publiques, à distribuer la vraie bonne excellente parole sans oublier de coller quelques placards sur les panneaux officiels. 14 candidats par conviction ou pour le pécule que pourraient leur rapporter ces législatives ? Mais au fait, 2 candidats seulement ont pensé à faire tourner les rotatives pour obtenir des affiches à temps à leur effigie ? Et les autres, manquent-ils de financement ou peut-être que leurs soutiens, peu rodés à ces démonstrations théâtrales, les ont laissés en cours de route.

Rien qu’en observant les panneaux officiels décorés par 2 affiches sur les 14 emplacements prévus, nous pouvons peut-être présager d’un duo Quernez –Boidin pour le 2° tour de ces législatives. Les 12 autres candidats sont-ils déjà out ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article