La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Mauvaise passe du relais

 

 

Et deux de plus qui jettent l’éponge en tant que commerçant dans la ville centre Quimperlé.

Les deux amis, Jacqueline et Hervé n’ont pas attendu que l’atmosphère de leur petit magasin de proximité dédié au bio soit rouge écarlate pour cesser leur activité. Tout avait effectivement bien commencé en juillet dernier pour ces entrepreneurs plein de bonne volonté qui souhaitaient apporter leur pierre à l’édifice : dynamiser le commerce local.

Il en fallait du culot pour s’installer en centre-ville, ils avaient osé … Un projet murement réfléchi à ce qu’il parait. Le jour J arriva cet été et c’est ainsi que de nombreux clients potentiels sont venus pour partager le pot de l'amitié offert par nos complices. Toujours attentifs aux demandes de leurs clients, ils ont essayé, tant bien que mal, d’offrir un assortiment satisfaisant les plus nombreux. Pouvions-nous espérer trouver l’éventail des produits d’un hypermarché dans ce magasin de proximité ? Non, sauf que certains client-roi, venaient pour s’y dépanner sans encore y trouver leur bonheur ! Oh my God ! Même un stationnement spécialement adapté devant leur vitrine n’aura pas suffi.

Pourtant, à écouter les citoyens, c’est toujours super bien les nouvelles installations de commerçants. Toujours demandeurs, ça donne l’impression que le cœur de la cité est vaillant, moins de panneaux « A vendre – A louer », moins de vitrophanies sur les vitrines de la rue Savary. Pour que les commerces perdurent, il est urgent que les citoyens ne les voient pas comme du décorum mais bien comme une nécessité à la survie de nos villes et villages.

Le commerce de proximité a du mal à résister aux leaders de nos zones commerciales. On y trouve de tout et en plus, on peut s’y garer. Nos chers politiciens ont amorcé cette défiance envers les petits commerçants en favorisant l’installation des poids lourds de la distribution tous azimuts aux portes de nos villes. Depuis peu, nos élus du pays de Quimperlé, voyant que les centre villes et centre bourgs se meurent, ont embauché un spécialiste de la relance commerciale à Quimperlé Communauté. Il semblerait que ce charmant monsieur, Dany Le Teuff, manager du commerce et de l’artisanat épaulé par l’élu du Trévoux Dédé Fraval, a du pain sur la planche.

La fermeture des portes du magasin relais bio c’est samedi 15. A bientôt pour de prochaines aventures commerciales selon les dernières nouvelles.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Couëdelo 12/04/2017 20:17

Toujours triste une entreprise qui ferme. Entreprendre est un acte risqué, très risqué, en effet le taux de mortalité des entreprises nouvelles à 5 ans est supérieur à 50%.
Derrière chaque entreprise, il y a un entrepreneur qui a pris ce risque insensé (1 chance sur 2 de réussir ou de défaillir). On oublie trop souvent les qualités qu'il faut pour monter une entreprise et surtout la première d'entre elle qui est de surmonter cette prise de risque.
Malgré cela l'entrepreneur a toujours aussi mauvaise presse en France, oubliée la création de richesse qui profite à l'ensemble de la société, oubliées les créations d'emplois (et oui c'est un chef d'entreprise qui décide d'embaucher et signe les contrats de travail), si il réussi c'est un salop, si il échoue c'est un raté (on se demande ou il faut se situer pour être présentable ?).
Triste donc pour les créateurs de cette épicerie bio, je leur adresse tous mes vœux de succès pour leurs prochains projets.
N'oublions pas qu'il existe aussi à Quimperlé de nombreux commerces qui marchent et marchent bien et fort, malgré la crise, malgré un urbanisme commercial dément (merci le PS). Ce succès, c'est celui propre à ses commerçants performants et je ne pense pas qu'ils doivent grand chose au manager de centre ville (sympathique certes mais inutile) dont la rémunération est faite des impôts des commerçants et des consommateurs et qui donc… ….nuit au commerce.

La liberté de penser 17/04/2017 15:47

Quelques franchises des zones commerciales, installées en ville centre, auraient pu attirer les chalands.

Geronimi 12/04/2017 19:33

Le pouvoir d'achat à sa raison, que les politiques ne comprennent pas. Mrs les elu(e)s, votre pain quotidien vous l'achetez OU ?

La liberté de penser 17/04/2017 15:43

Comme beaucoup de citoyens : dans les grandes surfaces avec d'autres articles.