La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

C’est le serpent qui se mord la queue

C’est le serpent qui se mord la queue

 

Les élus sont des représentants des citoyens qui leur ont accordé leur confiance en votant pour eux. D’anciens élus sous le mandat Pennec et ceux de l’opposition Quimperloise actuelle, montent au créneau de façon régulière pour montrer leur attachement certain aux petits commerçants du Pays de Quimperlé.

Assidûment, c’est l’élu Alain Kerhervé qui demande des compte à la majorité municipale pour savoir ce qu’elle va faire pour favoriser une dynamique commerciale dans la cité. Les réponses sont à peu près toujours les mêmes. La municipalité Quernez pense à tout le monde sans oublier évidemment le sujet du commerce local. Une ancienne adjointe, Christine Favennec, profite également  d’une réunion de quartier pour reposer pour la énième fois la question : « pourquoi ne pas rénover la rue Génot avant le giratoire de la rue de Mellac ». Inlassablement, l’élu Quernez avec le flegme qu’on lui connait, répond : « nous commencerons  le giratoire du restaurant asiatique pour finir rue Génot .  Ignore-t-elle peut-être que l’élu Quernez a établi un plan d’investissement, réfléchi, budgété pour toute la durée de son mandat. Quant à Atto, le président de l’UCI pour quelques semaines encore,  il s’entretient régulièrement avec le manager du commerce de Quimperlé Communauté, Dany Le Toeuff, pour pimenter l’attractivité commerciale en basse et haute ville de la cité. La compétence pour le dynamisme commercial est maintenant entre les mains de QC.  Une volonté de densifier l’offre commerciale de proximité est envisagée en sachant que 60 % des vitrines sont … inoccupées à Quimperlé.  En habituant les chalands à faire leurs courses dans les zones, il ne faut pas non plus trop rêver ensuite. Les autres communes ont également le même problème, on n’est pas sorti de l’auberge.

Quimperlé Communauté va engager la réalisation d’un document pour la cohérence de l’aménagement des commerces. Comme le dit si bien l’élu André Fraval qui connait un rayon dans le domaine du commerce, « En France, le commerce est libre … » mais aussi les consommateurs André. Sans oublier l’élu Erwann Balanant, perdu de vue depuis de nombreuses semaines pour cause professionnelle, a montré sa présence afin de ne pas faire tapisserie lors du dernier conseil communautaire. Argumentant sur le temps perdu à ne rien faire ou presque pour revitaliser le commerce. Dans un mandat précédent, n’avait-t-il pas été adjoint lui aussi ? Qu’aviez-vous fait alors avec vos amis du moment? Peut-être, vous vous étiez attelés à redynamiser la rue Savary …

Comment peut-on demander aux citoyens d’aller faire leurs courses dans les commerces de proximité alors même que beaucoup de ces conseilleurs ne le font pas.  Ne l’oublions pas : l’offre commerciale sur Quimperlé est pour … 55 000 habitants c'est-à-dire les habitants des 16 communes réunies. Certains commerçants tirent leur épingle du jeu : pourquoi ? Une remise en question régulière s’impose. Les 5B de Kepner pour un marchandising réussi : le bon produit, au bon endroit, au bon moment, au bon prix et en bonne quantité dirait l’élu Géronimi de Mellac. En voilà un élu qui aurait pu faire un bon manager commercial à Quimperlé Communauté.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mister 15/11/2016 19:14

Les loyers des commerces du centre-ville sont souvent trop élevés. Ils sont à un niveau où la clientèle était abondante, ce n'est plus le cas. Les commerces sont aussi vétustes. Difficile de convaincre les propriétaires de donner un p'tit coup de jeune à leur boutique...le locataire n'aura qu'à faire des frais...Cela ne favorise pas l'installation de nouveaux commerçants.
Pour les liquidations que vous évoquez, chaque cas est particulier. La cave à vin, pourtant située en périphérie sur un axe très fréquenté, n'ouvrait plus que deux jours par semaine ces derniers temps. Et on trouve du vin en vente même dans les grandes surfaces de jardinage...
Si les achats sur internet sont aussi importants qu'on nous le dit, il n'y aurait quasiment plus de commerces en périphérie, alors qu'on continue à construire de nouveaux emplacements commerciaux...
Un portefeuille bien rempli pour acheter dans les petits commerces? N'oublions pas que la grande distribution c'est pour le client, acheter moins cher mais beaucoup plus... à la fin du compte c'est pareil pour le portefeuille.

La liberté de penser 15/11/2016 21:33

Le commerce de proximité qui peut marcher doit être au moins atypique.
Il faut que le fait de déambuler dans la ville soit agréable et favorise donc les achats
Certains types de commerce de proximité sont en trop grand nombre.
Le petit commerce c'est beaucoup d'heures pour peu de gain, des charges non adaptées.
C'est comme tout, les citoyens sont formatés pour penser, agir d'une certaine façon et comme des petits robots ne changent rien tant que le groupe d'influence n'a pas donné le top départ.
La mode vestimentaire est au rouge, il faut mettre du rouge, aucune personnalité. Le citoyen est devenu une coquille vide.

Geronimi 08/11/2016 09:11

Des commerces vides cachés par de grandes photos, des bus vides qui tournent en boucle toute la journée, cela me fait penser au film " the Truman show", je recommande aux elus(es) de le regarder voir de le re re regarder, il y a beaucoup de similitudes avec quimperle.....

Geronimi 08/11/2016 08:47

AH! La gazette connaît la théorie de KEPNER. Beaucoup de commerçants manifestement non. Je peut donner des conseils gratuitement, si ça peut aider, me laisser un courrier à la mairie de Mellac. Les règles de base de merchandising de KEPNER plus un bon marketing ( merchandising = action sur la marchandise, marketing= action sur le marché) font, quand elles sont appliquées avec l'appui d'un vrai
Banquier, un commerce qui peut fonctionner, encore faut il que le commerçant soit COMMERÇANT.

La liberté de penser 13/11/2016 13:31

Merci pour votre lecture et commentaire. Soyons fous, essayons les loyers à l'euro symbolique dans la cité Quimperloise et sur les autres communes. Il resterait encore le RSI a payer. Ensuite, quels sont les types de commerces selon vous qui devraient ouvrir ? Faîtes vous vos courses dans les commerces de proximité, quand, pour y acheter quoi ? Pourquoi toutes ces enseignes de commerce de proximité baissent le rideau ou finissent en liquidation judiciaire alors même que leurs services proposés n'étaient pas encore disponibles en GMS ? auto-école, esthétique, coiffure, plombier, maçon, bar, isolation, compositions florales, même une cave à vin ... Trop de commerce dans un domaine et pas assez dans d'autres. La population évolue comme leurs besoins mais, certains commerçants restent sur de l'acquis. Un autre problème : les professions libérales ou banques fuient les centres et courent s'installer à la périphérie avec leurs clients dans les cartons ! et les achats sur le net, livré chez vous ! Des clients oui, mais avec un portefeuilles bien rempli aussi.

Mister 13/11/2016 12:50

Même en respectant toutes ces règles, un commerçant a besoin avant tout de... clients, et pour cela il faut que le centre ville soit fréquenté...Ce ne sont pas des vitrines vides qui peuvent attirer grand monde.