La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Alors les gonzesses

Alors les gonzesses

 

Pour élargir son spectre en prévision des législatives de 2017, l’élu Quernez a validé une demande des féministes du Pays de Quimperlé.

Ces nanas, petit chemisier ouvert jusqu’au nombril puisque seins à la Birkin, voulaient  coute que coute, que leur amie la parisienne Benoîte Groult, 96 ans,  ait une plaque à son nom sur un édifice quimperlois.

Il était hors de question  de donner son nom à une impasse ni même une ruelle. Ces lieux sont laissés en priorité aux célèbres anonymes quimperlois. Pour ceux qui le souhaiteraient, il suffit d’en faire la proposition à l’adjointe à la culture, Cécile Peltier.  Il reste encore des ronds-points  sans nom.

Mais pourquoi ce choix de Benoîte Groult ? Tout simplement parce  que cette écrivaine venait en vacances à Doëlan depuis des lustres, qu’elle descendait du train en gare de Quimperlé et qu’elle avait accepté l’invitation de la municipalité Quernez pour le festival « Sous les paupières des femmes ».  Quel argumentaire chiadé. Les socialistes sont très friands de vissage de plaques commémoratives. Certaines justifiées, d’autres comme celle de la salle Charlie Hebdo à la médiathèque de Quimperlé,  est loin de faire l’unanimité.  4 vis, c’est vite enlevé.

Nous oublions une chose très importante : elle a bataillé fort pour l’égalité homme –femme à partir de ses 40 ans.  Avant, ce devait  être une amante soumise. Les féministes représentent-elles les femmes ? Non et heureusement. A les écouter glousser, Louboutin aux pieds, leur corps leur appartient, en font ce qu’elles veulent sans se soucier  des conséquences.  C’est ce que l’on appelle des donzelles libérées.

Ce choix de Benoîte Groult n’a pas plu à l’opposition municipale : le nom de Sarah Bernhardt était préféré.  Mais bon, comme tout se règle en commission et que le vote en conseil municipal n’est qu’accessoire, l’opposition se contentera de cette résolution.  Clohars Carnoët à bien une médiathèque Robert Badinter, imaginez le Coat Kaër, salles François Mitterand, vous l’avez échappé belle.

Rebaptiser les salles du Coat Kaër, c’est  une fois de plus faire passer  aux oubliettes les gens du cru comme les paysans quimperlois qui avaient  eu en ce lieu leur coopérative légumière  nommée Coat Kaër.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean 18/12/2016 11:12

Cela vaut il un si long article ? vous oubliez que nombre de rond point quimpérlois ont été baptisés sous l'ancienne majorité du nom de rébellions célèbres... et personne ne s'en plaint!

La liberté de penser 21/12/2016 09:19

A l'époque de la municipalité Alain Pennec, La Gazette du Pays de Quimperlé, n'existait pas. Sinon, effectivement, nous en aurions fait état. Mais, il n'est jamais trop tard pour changer voire améliorer certaines mauvaises décisions. L'opposition de l'époque n'avait pas non plus trouvée quelque chose à redire.

ricquebourg 24/11/2016 15:56

Stop pour le coat kaër, vous allez pas nous imposer, également, le nom d'un paysan rédenois !

La liberté de penser 21/12/2016 09:24

En ce qui nous concerne, nous préférons mettre en avant les "gens du cru" avant tout autre personnalité "débarquée en gare de Quimperlé". Trop de femmes et hommes restent dans l'anonymat alors même qu'ils ont contribué, certes parfois à leur manière, à l'essor de nos campagnes.

ricquebourg 18/12/2016 11:24

pour répondre à "La liberté de pense 24/11/2016 1928"
je tente de m'expliquer
vu la discussion ardente pour rebaptiser le Coat Kaër, et l'allusion faite aux paysans quimperlois, j'ai redouté que le nom d'un paysan rédénois resurgisse et soit proposé. Dieu m'en garde !
Me suis-je fait comprendre ? sinon contactez-moi, dans l'intimité je serai plus explicite et pourrai citer des noms.

La liberté de penser 26/11/2016 09:00

En effet, certains citoyens du Pays de Quimperlé, préfèrent rendre hommage aux célébrités parisiennes plutôt qu'aux humbles de nos campagnes. Voila où nous en sommes : l'élite au détriment des petites gens.

Geronimi 25/11/2016 08:34

Le nom d'un paysan Rédenois ! Cela vaut bien le nom d'une vacancière, vive les paysans de Rédéné et tous les paysans.

La liberté de penser 24/11/2016 19:28

Nous ne comprenons pas votre commentaire. Faîtes vous partie des citoyens d'accord avec le choix de la majorité municipale quimperloise, à savoir Benoîte Groult ?