La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

L’Art, un bout de gras qui se défend

L’Art, un bout de gras qui se défend

Nous aussi nous avons du mal à reprendre la plume après les conditions physiques que nécessitent toutes ces déambulations pour attraper les frasques des comiques des Rias dans certaines communes du Pays de Quimperlé. Comme le disait avec beaucoup d’humour l’élu Cloharsienne, spécialiste entre autres de la culture sous toutes ses formes, le plus dur c’est de choisir. A l’unanimité, à La Gazette, nous préférons le tableau final à 17 h 03, l’envol de la chimère.

Nous attendions avec impatience les derniers chiffres plus fouillés concernant la fréquentation de ces joyeusetés. En vain, grosso modo, la presse subventionnée, partenaire, s’accorde à penser sur le chiffre de 60 000 entrées non payées. L’an passé, c’était pareil, non ? Pour ce millésime 2016, selon les initiés, il avait été prévu des drones pour compter au mieux les festivaliers afin d’éviter toute dissonance sur les chiffres mais, à cause de la météo très capricieuse en Bretagne, la lumière intense ne permettait pas cette nouveauté cette année.

Que dire de cette petite folie ? Tout d’abord, arrêtez de faire de la pub pour cette mascarade afin d’attirer la foule en manque de spectacle de rue, en claironnant que c’est gratuit ! Que nenni. Les poches des contribuables du Pays de Quimperlé ont été tripatouillées afin de rassembler une manne financière respectable, pour que les jeux se fassent dans de bonnes conditions, comme le diraient nos élus, au moins 260 000 euros de Quimperlé Communauté sur 500 000 nécessaires au total.

A la lecture du petit fascicule pour choisir son spectacle, il y était mentionné les références des 13 partenaires sans qui la fête n’existerait pas : 11 de ces soutiens n’existent que grâce à nos impôts, sachez le … et il manquait le nom du 14ème, Pôle Emploi, fournisseur officiel de baladins.

D’après calculs, environ 1000 personnes par représentation pendant 5 jours : ne peut-on pas en être dubitatif ? Comment annoncer que les Rias n’attirent pas le nombre d’individus escompté alors que les élus s’amuse et s’accoutrent d’un maillot rose.

Eh oui encore 260 000 euros engagés par les élus de Quimperlé Communauté pour venir en aide aux comiques du Fourneau de Brest. Il faut bien subventionner la créativité des intermittents du spectacle surtout celle qui ne provient pas des talents de notre territoire. Attention, pas d’amalgame, nous disons des talents comme ceux de la Fête de l’eau qui mouillent le maillot, font rire, animent la ville, avec 3 bouts de ficelle. Ce n’est pas l’argent qui a créé la Fête de l’eau mais bien des talents cachés de citoyens : en voilà du spectacle vivant dans notre cité. Il parait même que les artistes doivent être mythomanes afin que leur créativité se développe : la Fête de l’eau en est un bel exemple …

Quimperlé sait recevoir : le maire Quernez avait réussi à temps à boucler les travaux du parking Sainte-Croix pour accueillir la chimère des Rias non loin de la promenade bleutée de l’Isole. Ouf ! Mais pas la foule pour autant.

Pour en finir avec ces amusements théâtraux, un grand merci au Leclerc de Quimperlé puisque Grand mécène, sans oublier l’ennemi de certain qu’est la finance avec le partenariat du Crédit Agricole qui pour sa part reste fidèle à la Place St Michel, … mais jusqu’à quand ?

Compte tenu de l’investissement massif dans ces exhibitions afin d’amuser les vacanciers, n’est-il pas venu le temps d’apporter à la connaissance des gentils contribuables, les réelles retombées économiques sur le Pays de Quimperlé après 5 jours de réjouissance ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Couëdelo 01/09/2016 21:38

Au delà du coté somptuaire des dépenses dont vous faites bien de faire remarquer que tout cela n'est pas gratuit mais payé par nos impôts (Les élus ont beau jeu de mettre en avant la gratuité pour s'assurer une promotion....à nos frais), au delà de ce coté somptuaire, on ne peut que regretter l'immense vacuité des spectacles des Rias.
Le spectaculaire au détriment du fond, et quel fond lorsqu'il y en a un, critique des entrepreneurs, un zest de pornographie le tout mêlé à une bonne vieille soupe faite de ces idée de gauche qui apparaissent de plus en plus éculées et dépassées.
Entre télé-réalité et Rias la culture a du plomb dans l'aile.

La liberté de penser 02/09/2016 14:49

La troupe de comiques du Fourneau de Brest réussit à pomper 500 000 euros par an à leurs partenaires pour mettre en œuvre cette folie financière soit 100 000 euros par jour ! C'EST HONTEUX.
En effet, Mr Couëdelo, ces personnages osent tout avec l'argent du contribuable jusqu'à casser du patron dans leurs parodies ridicules. Les élus laissent faire, pourtant, n'y t-il pas des entrepreneurs parmi eux ? Quand vont-ils sortir du silence pour stopper cette pantalonnade ? Certains prétendent être dans l'opposition, qu'ils nous montrent alors leur talent d'opposant.
Vous, en tant que Chef d'entreprise, vous aventuriez vous à embaucher de tels amuseurs de galerie même pour occuper un poste ne demandant pas une connaissance particulière ? Seul, le Ministère de la culture peut encore avoir de la bienveillance envers eux, à leur compte, ils devraient faire face à un public transparent puisque nécessité de faire payer une entrée pour enfin vivre de leur talent.
Tellement médiocres qu'ils se permettent de nous fourguer leurs "créations" qui datent de 2007 ! Si ça ce n'est pas du réchauffé. C'est l'art de la bouffonnerie.
Quimperlé entre Terre et Mer mais aussi, entre TBK et Rias mon cœur balance.