La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Etre une femme libérée

Etre une femme libérée

La France, la Bretagne, le Finistère, Doëlan ont perdu une féministe : Benoîte Groult. Pas d’inquiétude, d’autres « fières emmerdeuses » continueront son plaidoyer pour le féminisme.

Quelques habituées du Pays de Quimperlé des débats sur la condition féminine se sont émues de sa disparition. Comme d’habitude, il faut trouver illico presto un lieu afin d’y installer une plaque en la mémoire de la défunte sur Quimperlé et Clohars Carnoët, d’autres communes vont peut-être suivre le mouvement.

Un élu du coin, très branché féminisme de par l’implication de sa bourgeoise pour cette cause, a proposé de rebaptiser le boulevard de la gare à Quimperlé, boulevard Benoîte Groult.

Les deux tourtereaux ne s’arrêtent pas en si bon chemin, proposent à l'unisson au premier magistrat de la ville d’installer une plaque « rond-point Benoîte Groult » au niveau du nouveau rond-point en bas de la gare. Sauf que, une habituée de ce lieu a fait une contre-proposition de baptiser ce nouveau rond-point « rond-point du pont de Moëlan », tout simplement. En effet, pourquoi faire compliquer ! Elle l'a tellement attendu ce rond-point, elle peut aussi donner son avis.

L’ingénue, très impatiente, suivant le pas de son bien aimé, formulait une autre proposition : qu’un édifice de la gare, puisqu’en travaux, ait une plaque. Pourquoi pas la nouvelle esplanade de la gare avance-t-elle ? Allons-y gaiement.

Il est vrai qu’il est préférable de baptiser un boulevard du patronyme d’un hors sol et laisser les impasses ou les voies sans issue aux autochtones. C’est ça aussi le féminisme.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article