La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Dans un monde de consommateurs compulsifs

Dans un monde de consommateurs compulsifs

Le commerce sur Quimperlé … Quatre mots et tout est dit ou presque. Le film des rues florissantes et attractives se déroule dans les têtes de chacun. Mais ça, c’était avant.

Atto Dossena répète à l’envi que les affaires en basse ville tout comme en haute ville connaissent des difficultés majeures. Les rideaux baissent à une vitesse préoccupante. De nombreuses initiatives ont été prises par l’UCI, présidée par ce dernier, mais les résultats ne sont que momentanés.

L’une des diverses et variées préconisations de la CCI de Quimper, après l’étude menée sur le commerce du Pays de Quimperlé, était l’embauche d’un manager pour trouver des solutions afin de dynamiser le commerce et l’artisanat. C’est chose faîte : tous nos vœux pieux de réussite à cette nouvelle recrue. Il a du pain sur la planche. C’est un peu comme le tri sélectif des ordures ménagères, l’éducation du citoyen est de mise.

Quimperlé n’est malheureusement pas la seule et unique ville en Finistère qui doit faire face à cette désertification des citoyens pour leurs achats dans les centres villes. La fuite du commerce vers la périphérie s’est accentuée autour 1990 sur le Pays de Quimperlé. A cette époque, les lobbys et élus politiques, déjà main dans la main, ont profité de cette aubaine, orientée, des changements de consommation, pour faciliter l’implantation de mastodontes commerciaux. Les citoyens mais aussi consommateurs, étaient très satisfaits de cet apport de nouveaux commerces. De bonnes enseignes et franchises de l’époque, ont couru dès que possible pour s’installer dans ces centres idylliques en laissant derrière eux des vitrines sur lesquelles dorénavant on affiche les manifestations culturelles du moment. Le Grand Louis y a donné beaucoup de sa personne pour obtenir ce résultat. La facilité pour se garer et donc de gagner du temps pour faire ses courses, a grandement accentué cette fuite.

Depuis quelques années, les municipalités souhaitent recréer des lieux de stationnement plus opportuns pour faciliter les transactions et la venue des chalands en centre-ville de Quimperlé. Il est beaucoup plus aisé de faire partir un client que de le faire revenir même avec des parkings non payant. Alors qu’un salon de coiffure a fermé autour des Halles récemment, un autre s’ouvre dans la zone d’activité de Kergoaler ... Sans compter la banque qui suit le cortège. Cette dérobade prend le chemin de la ville-centre qui n’est plus Quimpelé mais Kergoaler. N’est-ce pas une fois de plus, le signe de l’inéluctable déclin du commerce sur Quimperlé quartier historique ? Il n’est jamais trop tard pour bien faire mais, les parkings faciles d’accès, même avec parcimonie, auraient dû être créés depuis quelques temps déjà. La Place Général de Gaulle tout comme la rue Brémond d’Ars, ne sont pas des exemples à suivre en matière de commodité pour se garer. La Place a été organisée pour les déplacements à pied aux abords de la Laïta mais en aucun cas pour faciliter le stationnement : dommage. Les commerçants ne vivent pas que grâce aux touristes. En ce qui concerne la rue Brémond d’Ars et le tour des Halles, il faut évidemment ne pas avoir peur d’abimer ses portes de voitures avec ses poteaux en fer : dommage … Qui est donc ce doué qui a sorti du chapeau ces mauvais aménagements urbains ? Et validés par des élus. Sans parler des commerçants qui se garent à deux pas de leur commerce mais aussi d’anciens, qui gardent un pied dans l’animation de la ville, qui se targuent de passer du bon temps dans un centre de soin hors de la cité et invitent leurs contacts à faire de même ...

Certains propriétaires des magasins vacants vont être contents. Les très gourmands expatriés estiment que leur bien vaut de l’or en barre alors qu’actuellement il menace ruine. Municipalité et Quimperlé Communauté vont mettre la main à la poche pour acheter certains pas-de-portes et les réhabiliter afin d’y installer de futurs commerçants : en espérant que la note ne sera pas trop salée. Il semblerait que le souci majeur ne soit pas le loyer même à l’euro symbolique mais plutôt les habitudes de consommation des citoyens. Même les citoyens qui n’ont pas une vie quotidienne trépidante, ne font pas l’effort de venir en ville centre. Pourquoi ? Se laissent-ils piéger par l’achat de nombreux articles inutiles sous prétexte de promotions. Atto propose la mise en place d’horaires d’ouverture plus attractifs les soirs et week-end à ses amis commerçants que lui-même essaie déjà de mettre en place pour garder le pep de son commerce. Une offre atypique est peut-être une des solutions.

Une union des commerçants forte est nécessaire face à une grande distribution bien organisée : que l’UCI « s’accapare » de quelques panneaux publicitaires 3 x 4 avec l’assentiment de la grande distribution pour faire leur buzz.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Geronimi 04/11/2016 22:05

À pleurer comme vous.Aujourd'hui je regarde dans ma commune,dans l'agglomération, j'assiste, attristé au bla bla du conseil départemental qui taxe 10 millions d'impôts supplémentaires pour redonner,entre autre,au roitelet local 250000€ pour son chateau, je suis écœuré du gaspillage d'argent public. Conseiller municipal depuis 2 ans, en retraite après avoir été apprenti, ouvrier, agent de maîtrise, cadre, cadre sup, et enfin cadre dirigeant je puis vous dire que 95 % des responsables politique du coin ne tiendraient pas longtemps dans le (civil)....je comprends les 2000 milliards de dettes de la France. Je suis fatigué de voir toute cette condescendance de l'entre-soit pour pouvoir vivre des subsides de la république et se partager les postes en fonction des intérêts personnels. Aurai-je la force, la capacité à renverser la table pour les prochaines législatives?. Cela dépendra,qui sera désigné pour remplacer Le Bris et qui sera désigné à droite (autre que la Concarnois)au centre, et dans les autres formation. Wait and see.

La liberté de penser 05/11/2016 20:02

M Géronimi, il ne faut pas baisser les bras. Les élections législatives de 2017 ne changeront pas les us et coutumes concernant Quimperlé Communauté ni même dans les 16 communes ni même au niveau national. Un député de la 8° ne fait pas la pluie et le beau temps dans la 8°. Son job est plutôt à l'assemblée nationale. Tous les candidats ne se valent pas et c'est valable aussi pour ceux de la droite et du centre pour la 8°. Dépenser son énergie pour soutenir un citoyen candidat aux législatives dont vous connaissez les convictions, oui bien sur. Pour les autres, déjà choisis par Paris, bof bof car élus, vendront leur âme au diable. Il est préférable de garder son énergie pour le local pour rentrer en dissidence.

Geronimi 26/10/2016 11:10

Le 6 mars ci dessous je prédisais que Q.C. A travers son manager de commerce aurait besoin de moyens financiers, bingo c'est fait , nos impôts vont financer un jeu pour les commerçants en fin d année, vous savez maintenant pourquoi le nouvel impôt foncier Q.C. et la non restitution de la surtaxe ordures ménagères. La boucle est bouclée. Un jeu ne relancera pas les commerces en difficulté. Un commerce c'est le bon produit au bon moment au bon prix au bon stock au bon endroit et avec un sourire.....les bons commerçant y arrivent.

La liberté de penser 03/11/2016 14:07

Toutes les agglo ou communautés de communes ont un manager du commerce (voulu par le gouvernement Valls) et évidemment, doté d'une enveloppe conséquente pour faire des actions commerciales. Une partie du budget octroyée aux unions commerciales, sera dorénavant sous contrôle de ces managers. Qui dit budget, dit ressources par le biais des impôts.
Ici le jeu, c'est pour le fun, c'est une animation comme une autre, une convention avait été signée.
Nos façons de consommer ont changé mais, les citoyens veulent malgré tout que les commerces de quartier perdurent alors même qu'ils n'y sont pas clients !
Un peu de musique en ville, en haute et basse ville, le chaland se sentira moins seul ...
Quimperlé est dotée de commerces pour faire face à une demande de ... 50 000 habitants ! le gâteau n'est pas extensible.
Que pensez vous, Mr ou M Géronimi, des commerçants qui vont en grande surface faire leurs achats alors même qu'ils pourraient faire leurs achats chez leurs voisins commerçants ? A pleurer ...
Malheureusement, certains commerces sont boudés mais ce n'est pas le fruit du hasard : bonjour, merci, au revoir !
La surtaxe des ordures ménagères : pour boucler des investissements divers et variés comme par exemple LES RIAS !
Vous en pensez quoi des Rias M Géronimi ? et toutes les asso subventionnées qui tapent sur des tambourins ?

Geronimi 07/03/2016 16:00

NO PARKING NO BUSINESS,Bernard Trujillo 1950 U S A.

La liberté de penser 08/03/2016 13:16

100 % d'accord.
En effet, le parking étant un atout majeur pour attirer les chalands.
Et proposer une offre atypique comme le fait déjà certains commerçants : il leur reste à se faire mieux connaître et là, le manager peut éventuellement les aider ...

Geronimi 06/03/2016 23:57

Dans quelques semaines ce manager aura besoin de moyen financier pour..... ET qui paiera, NOUS, enfin la Cocopaq ( Q.C.) avec l'éxédent d'argent des ordures ménagères via le nouvel impôt foncier Cocopaq (Q.C.) , elle est pas belle la vie au CHATEAU.

La liberté de penser 07/03/2016 12:58

Les moyens financiers pour relancer le commerce vont être conséquents mais peut-être pas utilisés à bon escient.
Les 400 000 euros des ordures ménagères : qu'ils soient utilisés sous forme de concours, organisé par le manager du commerce et de l'artisanat, pour offrir des nuitées (gîtes, hôtels, chambres, campings, ...) et des repas, des dégustations (restaurants, crêperies, pizzérias, ... ) aux touristes afin qu'ils viennent découvrir le Pays de Quimperlé, 16 communes à découvrir, visites des commerces, de l'artisanat mais aussi d'industries ... et à la sortie, qu'ils n'oublient pas d'acheter leurs cadeaux souvenirs !
La question à se poser : pourquoi les citoyens et consommateurs de la cité Quimperloise orientent-ils leurs achats dans la zone commerciale de Kergoaler principalement ? Ils sont attirés par quoi ? Pourquoi ne viennent-ils pas dans les quartiers historiques haut et bas de Quimperlé ?

Pourquoi se coiffer chez une franchise à Kergoaler plutôt que chez un coiffeur indépendant ?
Pourquoi aller chez Leclerc acheter sa salade plutôt que chez un petit commerçant ?
Pourquoi aller chercher son vin chez Leclerc plutôt que chez le caviste du coin ?
Pourquoi aller chercher sa piémontaise chez Leclerc plutôt qu'à la charcuterie indépendante ?
Pourquoi aller acheter ses séjours vacances chez Leclerc plutôt que chez le voyagiste indépendant ?
Pourquoi aller chercher sa parapharmacie chez Leclerc plutôt que dans une pharmacie ?
Pourquoi acheter un bouquet de fleurs chez Leclerc plutôt que chez un fleuriste ?
Et , pour finir , pourquoi aller commander un hamburger-patates chez "Faim 2 loup" rue Bremond Ars plutôt que chez ... Leclerc ou Mac Do ?
Par ce questionnement, aucun commerce ni commerçant ne sont visés.
Proposer une offre atypique est peut-être une solution. Certains s'orientent vers ces ventes et s'en sortent plutôt bien.

Les consommateurs ont été habitués et se sont habitués à "charger" un caddy dans les supermarchés plutôt que de faire leurs courses avec un cabas en ville. Pour beaucoup ce n'est pas la qualité qui prime mais la quantité donc avec la grande distribution ils sont servis et les poches vidées rapidement.

Pierre Couëdelo 06/03/2016 19:39

On ne pourra que déplorer à nouveau le manque de vision et de la stratégie qui en découle pour ce qui concerne le commerce de centre ville de Quimperlé. Pleurer sur les erreurs, même dramatique du passé ne sert à rien et n'aidera pas plus les commerçants. On pourra aussi s'étonner que les atouts du centre ville ne soit pas plus mis à contribution (présence de la Laïta, monuments historiques...). Aucun plan de rénovation urbaine envisagé par l'actuelle majorité (notamment rue Génote, un des derniers bastion d'irréductibles et courageux commerçants). Aucune valorisation des escaliers tels que l'on peut en voire dans bien des villes dans le Monde. Aucune stratégie de spécialisation (elle se fait toute seule en fait) qui pourrait se faire autour du secteur de la restauration qui reste très dynamique (nombreux restaurants, magasins de bouches spécialisés, cavistes...; manifestation tel le Combat des chefs). Une absence de vision, aucune stratégie mais l'embauche d'un manager mais pour faire quoi ? Pour décliner de façon opérationnelle quelle stratégie ? Une gabegie de plus

La liberté de penser 07/03/2016 12:11

Vous au moins Monsieur Couëdelo, vous parlez de ce que vous connaissez, le commerce en autre, puisqu'entrepreneur, contrairement à certains élus qui gèrent ce type de dossier sans connaître la réalité du terrain.

La stratégie sera globale, puisque préconisée par la CCI de Quimper, voulue par le ministère en question.
Le manager n'est là que pour donner l'espoir d'un éventuel changement. Les citoyens doivent revoir leurs modes de consommation : dépenser de façon réfléchie.Parallèlement à cela, les gouvernements ont accéléré la débâcle des "petits " commerces grâce aux normes et taxes. Certaines erreurs d'aménagement peuvent être rectifiées et à moindre coût.
Sous le mandat Pennec, historien érudit de Quimperlé, ils auraient peut-être pu amorcer bien plus le dossier "mise en avant des atouts historiques de la cité". L'équipe actuelle souhaite le faire : on verra ! Cela sera certainement facilité puisque le maire, avec plusieurs cordes à son arc, oriente la cité vers le nautisme et le tourisme. Le commerce oui mais le maire Quernez sait très bien que Quimperlé historique aura beaucoup de mal à avoir des commerces florissants. Il a grandement favorisé la zone Kergoaler ... La rue Génot: L'équipe Kerhervé (Balanant parfois !) souhaitent rénover cette artère tout comme l'équipe Quernez sauf que, l'une veut commencer par la rue Génot et l'autre par le rond point rue Du Couédic ! Le temps passe.Sous le mandat Pennec, même constat, qu'ont-ils fait de la rue Génot ? Ils ont eu 6 ans ... Le mandat Pennec n'était pas un mandat dynamique et pour cause, le montage des dossier et subventions, parcours du combattant sans doute ! Maintenant, comme par hasard, les dossiers passent comme une lettre à la poste . Quernez" s'est débarrassé" de la compétence commerce en "filant" le bébé à Quimperlé Communauté (Loi NOTRe). Ainsi, si le commerce ne tourne pas rond dans la cité Quimperloise, "voyez avec le manager de Q.C" ! Aors ses doigts ne seront pas écrasés. Distribution des rôles entre Miossec et Quernez.

Favoriser l'arrivée de certaines personnes sur le Pays de Quimperlé, qui dans l'absolu coutera aux contribuables, n'est pas une bonne piste pour relancer le commerce local. Le social et le multiculturalisme ont leurs limites ... Il suffit d'observer les comptes de certaines communes, c'est la faillite, pas d'impôts qui rentrent et des dépenses sociales qui explosent. Vigilance de mise sur le Pays de Quimperlé dans les années à venir. Il aurait été plutôt préférable de créer un environnement attractif, atypique, sécurisé, accueillant, pour donner l'envie aux familles de s'installer : ayant un certain pouvoir d'achat (dépenses sur notre territoire), avec un objectif de construction de pavillon (impôts locaux), ... Faire des lotissements un peu plus cosy. En observant les différents types enseignes, l'épaisseur des porte feuilles est imaginé. Beaucoup de magasins discount !

Les escaliers Rue Madame Moreau sont ... verts : certains citoyens vivent ou survivent de prestations sociales, n'est-il pas possible de "donner" des heures pour sa cité ? Peu importe la municipalité, les citoyens doivent quand même ne pas attendre tout des services techniques et espaces verts : prendre une binette pour nettoyer son quartier n'est pas une ineptie. Beaucoup de citoyens tournent en rond chez eux, pour différentes raisons. Pourquoi ne pas se retrousser un peu les manches ensemble et donner un peu de son temps pour que l'environnement soit plus accueillant et se rencontrer en tant que voisins. Sauf que la réponse : je paie des impôts alors, les agents "n'ont qu'à faire" ! C'est du grand n'importe quoi.

La stratégie de spécialisation ne peut se faire qu'avec l'ensemble des commerçants qui doivent être soudés et pas dispersés. Ils doivent proposer autre chose que ce que propose déjà les grands de la distribution. Je reviens aux panneaux des entrées de ville 3 X 4, certains pourraient passer dans le giron de Q.C, afin de mettre en avant les petits commerces mais aussi les manifestations en tout genre de la cité. Une petite musique de fond dans les rues serait agréable aussi.

Pour étouffer un dossier épineux, faire des tables rondes et avoir de nombreux interlocuteurs.