La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Une initiative de timbrés

Une initiative de timbrés

Trop de petites communes doivent faire face au déclin démographique. La municipalité d’Arzano, sous l’égide d’Anne Borry, pour prévenir ce désagrément, fait preuve de bienveillance envers une certaine catégorie de personne qui souhaiterait s’installer sur sa commune. Qui sont-ils ces nouveaux arrivants ? Des entrepreneurs, des artisans, des commerçants, de jeunes ménages, … Non pas du tout, vous n’y êtes pas ! La mairesse d’Arzano, afin de relancer le dynamisme sous toutes ses formes sur sa commune, a de la suite dans les idées. Quelqu’un en aurait-il douté ? Elle participe activement à l’installation sur Arzano de personnes interdites de territoire. Et pour cause, elles sont déboutées de leur demande d’asile. Pourquoi alors se priver de mettre à la disposition de ces dernières, un ancien logement de fonction de la poste désaffecté ? En effet, il est somme toute logique de s’occuper de loger aux petits oignons des interdits de séjour. C’est ainsi que la mairesse au grand cœur n’hésite pas un seul instant à les accueillir à bras ouverts. Il est vrai que le copinage peut aider dans l’avancement des désidératas de l’association « 100 pour un toit » pour leur favoriser une installation pérenne. Qu’il est triste de voir que toutes ces bonnes âmes, très âpres pour vous donner des leçons de prévenance, manquent d’altruisme pour en accueillir chez elles à leurs frais. Qu’il est loin le temps où une assiette était mise sur la tablée au cas où un mendiant passerait par là.

Et comme personne sur le Pays de Quimperlé ne comprend ce que veut bien leur marteler toutes ces pseudos associations généreuses tel que la Ligue des Droits de l’Homme et compagnie, allons-y, débats et films à tour de bras vous sont mis à l’affiche culturelle. Il est obligatoire que les citoyens soient extrêmement sensibilisés aux tribulations de ces routards. Il est vrai, qu’en ce moment, seule la prétendue détresse des migrants doit faire pleurer dans les chaumières. Et la détresse des paysans, des chômeurs, des artisans, des commerçants, des étudiants, des retraités, des …. Qui s’en occupe ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article