La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

L’arbre qui faisait de l’ombre

Le jardinage demande du doigté, de l’élégance, du savoir-faire, .... Les jardiniers doivent donc gérer aux petits oignons toutes les espèces qu’ils ont en gestion. Ils doivent faire preuve de vigilance quant au développement des variétés qu’ils plantent. En effet, tel l’arbrisseau, il ne doit pas gêner au fil du temps les plantations aux alentours et encore moins le voisinage immédiat. Sinon, les tensions peuvent s’installer assez rapidement entre les espèces mais aussi dans les jardins avoisinants.

La gestion des arbres, ceux qui avaient pris racines depuis de nombreuses années sur la commune de Rédéné, donne du fil à retordre au premier magistrat de la bourgade, Jeannot Lomenech. Parmi les différents sujets, certains siègent au conseil municipal : l’un d’entre eux, doté d’une solide écorce et de nombreuses épines sur ses branches, devient encombrant pour son entourage. Il a été constaté que cet arbre, appelé le kapokier, ne suit pas le rythme des saisons comme d’autres le font car sont issus d’une production de masse. Celui-ci nous a fait une montée de sève courant Janvier, des fleurs apparaissent avant les feuilles, ce qui n’a pas bien plus aux autres variétés car il a une longueur d’avance.

Les prises de positions de cet arbre, plus connu sous le nom Pierre Couëdelo, sur un des sujets délicats du moment, n’ont pas plu aux espèces couvre sol. Ensuite, ce sont les spécimens qu’il croyait à ses côtés, en cas de tornade, qui ont laissé sous-entendre que ses postures faisaient désordre dans le décorum. Lors d’un conseil disciplinaire horticole, il a été décidé qu’une coupe très sévère était nécessaire afin qu’il reprenne une posture convenable dans l’espace vert.

Jeannot, le jardinier en chef, souhaite que l’intérêt de sa commune Rédéné passe avant la liberté de penser de ses sujets. Ce jardinier à une méthode bien rodé qui consiste à pleurer pour obtenir ce qu’il veut puis à faire croire qu’il ne fait pas partie de la famille des jardiniers de Quimperlé Communauté. Pourtant, il accepte quasiment à chaque fois leurs choix. Pierre, l’arbre étêté, n’est pas espèce à se faire tuteurer.

« Quand la liberté d’expression n’existe plus, c’est la liberté de penser que l’on jette en prison ». Pascal Mourot.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Geronimi 28/02/2016 19:59

Oui, être précurseur demande du courage.

La liberté de penser 28/02/2016 20:11

La France manque de courage et de courageux pour s'en sortir.
Il est grand temps de former un bataillon de courageux.

Geronimi 28/02/2016 18:38

Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié et puis sans probléme passe le deuxième.

La liberté de penser 28/02/2016 19:28

Ne vaut-il pas mieux être un précurseur qu'un suiveur ?