La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Le chevreuil égaré

Le chevreuil égaré

Les jardiniers peuvent constater que la nature a de l’avance cette année : les oiseaux des jardins chantent et les arbustes bourgeonnent. L’hiver n’est pas encore fini : Noël au balcon, Pâques aux tisons. Les chevreuils sont très friands des bourgeons gorgés de sève ce qui les rend un peu saoul. La tête de file de l’opposition Quimperloise aurait-elle abusé, ces derniers jours, de ces mêmes alcaloïdes végétaux ?

Remonté comme un coucou, l’élu Balanant s’en prend vivement au maire Quernez dans la presse locale. On fait comme on peut pour se faire remarquer. Lors du reportage « Complément d’Enquête, la guerre de la viande » diffusé sur France 2, Michaël Quernez, interviewé sur Jean-Paul Bigard, nous donne la perception qu’il a du personnage : charismatique, doté d’une prestance, inspirant son respect, un capitaine d’industrie. Erwan Balanant estime qu’un élu, comme Quernez, ne peut avoir de la sympathie pour ce genre d’entrepreneur puisque le modèle économique de cet empire de l’agro-alimentaire serait loin d’être un exemple à suivre selon lui. Sait-il qu’il faut se lever de bonne heure pour suivre cet entrepreneur ?

1200 emplois tout de même pour Quimperlé sans compter les sous-traitants. En ces périodes de vaches maigre, il n’est pas certain que les salariés de l’abattoir Bigard verraient d’un bon œil la délocalisation de leur outil de travail. Mais bon, l’élu Balanant qui va jusqu’à s’estimer être un citoyen engagé a certainement des solutions pour pérenniser tous ces emplois en cas de coup dur. Bigard, c’est 2 millions d’euros de taxes diverses et variées qui tombent dans l’escarcelle de la commune de Quimperlé qui permettent notamment de faire circuler les bus TBK à vide. N’oublions pas tout de même que les salariés Bigard, compte tenu de leurs heures d’embauche, ne risquent pas d’user les sièges de ces bus.

Balanant estime que le modèle économique « Bigard » pose des questions environnementales et sociales. Il serait bon, qu’il aille faire un tour non pas du côté de chez Swann mais à l’entrée de l’usine Bigard pour questionner tout le personnel afin de connaître leur avis sur ces interrogations. L’élu Balanant, comme à l’accoutumée, nous assomme de mots et phrases abracadabrantes. Imagine-t-il cet élu, que Jean-Paul Bigard réussit à tenir tête aux politiques mais aussi à la grande distribution ? Bigard, maître chez lui …

Erwan Balanant déplore un centre-ville Quimperlois qui se meurt en tant qu’élu ou alors en tant que citoyen ? Qu’il n’hésite pas un seul instant, qu’il montre l’exemple, non pas par ses prises de paroles dénuées d’intérêts, mais pour une fois en montrant le modèle à suivre : être le pionnier de nouvelles entreprises sur le territoire de Quimperlé Communauté, créatrices d’emplois, modèles sociaux, modèles économiques, modèles écologiques, … A le lire il connait les ficelles pour y parvenir, wait and see.

Balanant devenu maire, on peut toujours rêver, le rond-point « Lucien Bigard » serait débaptisé pour devenir : rond-point Steve Jobs, puisque très fan de la pomme, modèle économique et écologique comme tout le monde le sait. Une fois de plus la tête de l’opposition Quimperloise assied le choix porté aux dernières municipales par les Quimperloises et Quimperlois.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Geronimi 01/02/2016 09:06

La taxe T.B.K. sur les salaires de le Sté Bigard c'est, plus ou moins, 300000 € par an (2millions de francs), soit l'équivalent de 10 à 12 emplois plein temps. Heureusement qu'il reste des vrais entrepreneurs en France, MONSIEUR Bigard en fait parti.

La liberté de penser 01/02/2016 15:30

Erwan Balanant a tout simplement " jeté le bébé avec l'eau du bain ".
Quand on sait qu'il visait le poste de maire sur Quimperlé, les citoyens vont pouvoir, une fois de plus, se forger une opinion concernant ses réelles compétences.