La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

L’homme charnière

L’homme charnière

Un modem est un appareil électronique qui a pour fonction première de moduler et démoduler. Pour faire simple, c’est un périphérique qui sert à communiquer avec des utilisateurs distants.

En politique, le centre a toujours su s’adapter au changement de climat en pratiquant la danse du ventre. Les centristes se sont toujours crus indispensables à la convergence d’idées venant de droite comme de gauche. Toujours très habiles pour se faufiler afin d’avoir un fauteuil confortable dès qu’une élection approchait. Souvent considérés comme des rabat-joies. Avec un programme ni de gauche ni de droite c'est-à-dire de nulle part, ils ont réussi à placer quelques pions sur l’échiquier politique. Les places devenant de plus en plus chères en politique, surtout pour les contribuables, ils se sont vus poussés vers la porte de sortie parfois gentiment, d’autres fois avec moins de courtoisie. C’est en effet ce qui arrive lorsque l’on reste près du dormant d’une porte, un courant d’air et les doigts restent coincés.

Pour les élections régionales de décembre prochain, c’est la mésaventure qui est arrivé à certains sympathisants centristes de l’UDI et du MoDEM en Bretagne. Les plus opportunistes ont trouvé refuge sur l’une des 11 listes qui voulaient d’eux. Pour les autres, tel que Erwan Balanant ex MoDEM, n’a pas réussi à vendre ses compétences d’homme politique au plus offrant. C’est avec beaucoup d’amertume qu’il nous joue la partition de l’humaniste.

Dommage que la liste de Christian Troadec soit bouclée, car notre élu de l’opposition Quimperloise se sent soudainement proche de lui. Il aurait ainsi pu côtoyer l’ancien maire de Quimperlé, Alain Pennec, candidat sur la liste « Oui la Bretagne ». En politique, on se rabiboche avec beaucoup d’aisance.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

balanant 19/11/2015 12:07

Et j'ai justement attendu que les listes soient bouclées pour donner mon sentiment sur les listes en présence...
Désolé de vous décevoir mais oui il y a encore quelques personnes sincères dans le monde politique.

balanant 19/11/2015 12:01

Vous êtes ridicule. Je n'ai pas cherché à me vendre. J'ai souhaité une liste centriste autonome... ce qui en matière de chance d'avoir un poste réduit les possibilités. A partir du moment ou les centristes ont décidé de ne pas mener ce combat, je m'en suis désolidarisé ! C'était en juin !

Arrêtez de dire des âneries ou dites le au moins à visage découvert.

La liberté de penser 19/11/2015 20:41

Vous avez eu tort de ne pas organiser cette liste centriste autonome en Bretagne, vous auriez eu aucun mal à fédérer autour de vous des candidats pour les 4 départements bretons.

Pascal 13/11/2015 16:47

Hum, je pense qu'avec cette citation "ni de gauche ni de droite c'est-à-dire de nulle part", vous montrez à quelle point votre vision politique est étroite.

Le mythe de la politique "binaire" est entretenu par ceux qui aiment avoir "le camp des méchants" et "le camp des bons" (celui dans lequel ils sont bien entendu).

Ce sont ceux qui entretiennent ce mythe qui détruisent la politique et donc la citoyenneté.

La liberté de penser 14/11/2015 09:45

"ni de droite ni de gauche c'est-a-dire de nulle part" : en effet, les centristes ne trouvent de place nulle part sauf lorsqu'ils servent d'assaisonnement aux autres partis.
Incapables de se démarquer des autres partis, par des idées novatrices, par un programme hors des sentiers battus.
Aucune colonne vertébrale, aucun projet.
Un exemple tout frais : afin que certains aient des sièges aux régionales en Bretagne, les centristes n'ont même pas été capables de faire une liste et sont allés avec ceux qui voulaient d'eux.
En France, l'échiquier politique est scindé en 2 : droite et gauche. Vous pouvez y mettre conservateurs/démocrates ou encore pro-libéral/anti-libéral ...
Pour mettre fin à la politique binaire, faut-il encore que les citoyens puissent avoir le choix du changement, ce qui n'est pas le cas actuellement.