La gazette du pays de Quimperlé

La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Même à l’agonie politique, il parle toujours.

Même à l’agonie politique, il parle toujours.

« Quand je vous dis COCOPAQ, a qui pensez-vous en premier ? » Eh bien à Nicolas Morvan ! Pourtant la Cocopaq a été mise en oeuvre sous le mandat de Guy Savin, maire de Quimperlé, en 1993. Il semblerait que notre Nicolas a marqué tous les esprits durant ses quelques mandats. Ses amis socialistes souhaitent définitivement tourner la page de cette période houleuse. A partir du 1er Janvier 2016, l’acronyme cèdera sa place à Quimperlé Communauté jugé plus « sexy ». Pour Nicolas, les acronymes sont passés de mode. Peut-être comme certains élus.

Sa mise à l’écart par ses amis date de son dernier échec politique : les municipales de 2014. Il n’a même pas eu le droit au repêchage par ses pairs pour les élections Régionales. Jérome Le Bigaut sera certainement son successeur qu’il le veuille ou non à la région. Quel placard vont ils lui choisir pour qu’il se taise enfin ? Va-t-il redevenir chargé de mission, emploi des hommes invisibles. Avant que ne sonne l’hallali, il affirme ses capacités de visionnaire à l’assemblée communautaire lors de la dernière réunion du 1er octobre au Trévoux. Il se montre très incisif sur les méthodes du maire de Quimper, Ludovic Jolivet, puisque pas socialiste. Il faudrait certainement que tout le Finistère soit dirigé d’une main de maître par les socialistes puisque seuls à avoir de sérieuses compétences en matière de gestion du territoire. Il est plus que dommage que ses amis ne voient pas en lui son indéniable aptitude en matière économique. Notre personnage est sans doute le seul à se rendre compte que l’économie du Finistère sombre. Il le crie haut et fort à ceux qui veulent encore l’écouter dans l’assemblée. Le Président Sébastien Miossec, pour ne pas le vexer, acquiesce ses propos par une phrase laconique.

Notre Nicolas, qui fut parmi les élus qui ont appuyé le dossier de l’aquaculture à Moëlan sur mer, enfonce le clou pour que nos élus du coin continuent à appuyer ce dossier et les suivants. Aucune crainte à avoir, la région Bretagne y est depuis longtemps favorable. Allez Nicolas, n’insiste pas trop, tes amis t’ont préparé tes cartons.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article